Rechercher sur le site :

à la une

Megos et Ondra s'en donnent à coeur joie dans le Sud de la France

New Base Line 8B+ pour Shauna Coxsey

Cédric Lachat réalise Orbayu, une des grandes-voies les plus dures au Monde !

Milieu Montagne

Retour aux news
••••••••••••••••••••••

Tendances touristiques : 4eme vague de l'Observatoire National des Stations de Montagne ANMSM ? Atout France : un satisfecit général !

Par Louis Dollo
Article saisi le Jeudi 21 Mars 2013
04:05
Les stations de montagne font un bilan très positif des vacances d’hiver mais restent prudentes pour celles de Printemps…

Selon la 4ème vague de l’Observatoire National des Stations de Montagne ANMSM-Atout France, les professionnels de la montagne jugent toujours la saison hivernale actuelle « plutôt bonne » quels que soient les massifs et les altitudes.
Le niveau d’activité est estimé en hausse par rapport à l’an passé, en partie grâce au très bon niveau d’enneigement sur l’ensemble des massifs et à une politique tarifaire adaptée. Pour les prochaines semaines, les prévisions sont prudentes voire pessimistes, en raison notamment de la programmation tardive des congés de Printemps…

La période des vacances d’hiver : un satisfecit général !


Les excellentes conditions d’enneigement couplées à des politiques tarifaires intéressantes ont permis aux stations de sport d’hiver d’enregistrer de bons taux d’occupation : entre 66 et 87% pour les meublés, entre 80 et 91% pour les résidences de tourisme, entre 66 et 73% pour les hôtels et entre 74 et 88% pour l’ensemble des hébergements.
A noter cette année, une hausse pour certains hébergements dans les Pyrénées, le Massif central et les Alpes du Nord. Les stations de faible et de moyenne altitude ont bien tiré leur épingle du jeu avec des indices de skiabilité de plus de 9 sur 10 et jusqu’à 10/10 dans les Vosges et les Montagnes du Jura.
La clientèle britannique, 1ère clientèle internationale dans les Alpes, est en hausse dans les massifs des Alpes du Nord.
En termes de demandes d’activités, les professionnels notent une progression, par rapport à l’an passé, des réservations de dernière minute et des courts séjours. Les promenades en raquettes et les activités liées au bien-être ont été en hausse quasi-générale cette année. Il en va de même du ski et des activités de glisse dans leur ensemble.

Pour la période inter-vacances n°2 (mois de mars) : il est encore possible de mieux faire !


A ce jour et par rapport à l’an passé, les taux de remplissage prévisionnels sont de l’avis général jugés plutôt moins bons pour cette période.
A noter toutefois que si les stations alpines les jugent en recul pour l’ensemble des lits, les stations pyrénéennes les jugent stables et celles de faible capacité en lits touristiques plutôt en hausse.
En termes de séjours prévisionnels, ce sont actuellement les deux premières semaines (du 16 au 23 mars et du 24 au 30 mars) qui sont les mieux réservées.


Bien entendu, ces prévisions ne tiennent pas compte des réservations de dernière minute, ni du fait que le niveau d’enneigement actuel, souvent excédentaire, devrait constituer une incitation spécifique à prolonger la saison.

Pour les vacances de Printemps : le handicap du calendrier…


Les taux d’occupation prévisionnels annoncés sont, à ce stade, très faibles (du 13 avril au 20 mai) puisqu’estimés, selon les massifs et pour l’ensemble des hébergements, entre 9 et 15% seulement. Par rapport à l’an passé, les taux de réservation sont inférieurs, à de très rares exceptions près, telles que celle des meublés dans les Vosges lors de la première semaine.
Les séjours prévisionnels sont en net recul avec par exemple, de l’ordre de -40% dans les Alpes.
Pour les professionnels de la montagne, il est évident que la programmation particulièrement tardive de ces vacances dans le calendrier hivernal constitue un frein majeur à la fréquentation touristique.



Méthodologie de l’enquête


Cette enquête conjoncturelle a été menée par l’Association nationale des Maires de Stations de Montagne (ANMSM) et Atout France, avec la collaboration des observatoires locaux partenaires. Réalisée entre le 04/03/2013 et le 10/03/2013, elle permet de recueillir les dernières données et tendances touristiques de fréquentation des stations de montagne. Son volet quantitatif est renforcé par l’accord de 20 stations à la transmission de données recueillies auprès de leurs hébergeurs par Comète. 66 stations représentant 935 668 lits touristiques ont répondu à cette 4ème vague dont 58 stations adhérentes à l’Association Nationale des Maires des Stations de Montagne, représentant 904 167 lits touristiques, 7 stations non membres de l’ANMSM représentant 31 500 lits touristiques pour le compte de la Confédération pyrénéenne du tourisme et 1 station non membre également représentant 12 235 lits touristiques sous la responsabilité du Comité départemental du tourisme des Hautes-Alpes. Les données recueillies ont été exploitées par Atout France.


Contact presse :ANMSM: Guénola Désveaux / 01.49.24.58.42 begin_of_the_skype_highlighting GRATUIT 01.49.24.58.42 end_of_the_skype_highlighting / 06.64.39.30.56 begin_of_the_skype_highlighting GRATUIT 06.64.39.30.56 end_of_the_skype_highlighting / g.desveaux@thedesk.fr


Pour plus d’information :Sur l’offre touristique des stations françaises : www.france-montagnes.com
Sur la synthèse de l’enquête: Stéphanie Cadet : 01.42.96.70.75 begin_of_the_skype_highlighting GRATUIT 01.42.96.70.75 end_of_the_skype_highlighting / stephanie.cadet@atout-france.fr
Pour en savoir plus sur les différents observatoires, cliquer sur le logo correspondant ci-dessous.

CONCLUSIONS


Le niveau de fréquentation touristique enregistré au sein des stations de montagne pour les vacances d’hiver 2013 est jugé satisfaisant sur l’ensemble des massifs et à toutes les altitudes, voire très satisfaisant dans les Pyrénées, le Jura, les Vosges et le Massif Central, ainsi que dans les stations de faible altitude.


A ce stade déjà avancé de la saison hivernale 2012-2013, le niveau d’activité est estimé en hausse par rapport à l’an passé dans tous les massifs, exception faite des répondants sud-alpins qui jugent leur activité identique. Les stations situées à plus de 1700 m d’altitude et celles de moins de 5 000 lits touristiques tendent également à évoquer une stabilité de leur activité. De façon générale, la saison est perçue comme « plutôt bonne » dans les Alpes et les Pyrénées et « bonne » dans les autres massifs. Ces tendances plutôt positives s’expliquent prioritairement par le très bon niveau d’enneigement sur tous les massifs, ainsi que par une politique tarifaire adaptée appliquée par les stations.
Les anticipations pour la seconde période d’inter-vacances ainsi que pour les vacances de Pâques sont, pour l’instant, bien plus prudentes, voire pessimistes. Si les taux de réservation dans les hébergements restent relativement moyens pour la période d’inter-vacances n°2, ils n’en sont pas moins en baisse par rapport à l’an passé (exception faite des Pyrénées où la stabilité est de mise). En revanche le positionnement très tardif des vacances de Pâques laisse envisager aux stations, une baisse d’activité conjuguée cette fois à des taux de remplissage prévisionnels très faibles. Le maintien de l’enneigement et le poids des réservations de dernière minute seront donc des facteurs déterminants pour la fin de saison.



Bilan des vacances d’hiver


Le manteau neigeux accumulé depuis le début de la saison a permis aux stations de sport d’hiver d’ouvrir la quasi-totalité de leur domaine skiable au cours de cette période d’activité décisive et d’afficher ainsi d’excellents indices de skiabilité, de l’ordre pour le mois de février de 8,3 pour les Pyrénées, 8,4 pour le Massif Central, 9,3 dans les Alpes du Nord, 9,7 pour les Alpes du Sud et de 10 pour les Vosges et le Jura. Les stations de faible et moyenne altitude ont aussi bénéficié de cet enneigement de qualité, puisqu’elles affichent respectivement des indices de skiabilité de 9,2 et 9,3.


La conjonction de ces excellentes conditions de ski et d’une politique tarifaire adaptée aux attentes de la clientèle de cette période de vacances scolaires, a permis aux professionnels de la montagne d’enregistrer des taux d’occupation plutôt bons.


Ces taux sont compris, selon les massifs, entre 66 et 87% pour les meublés, 80 et 91% pour les résidences de tourisme, 66 et 73% pour les hôtels et, plus globalement, entre 74 et 88% pour l’ensemble des hébergements. Par rapport à la saison passée, les taux d’occupation des meublés sont annoncés en hausse par les stations pyrénéennes et auvergnates, et stables par les autres massifs. Les taux d’occupation des résidences de tourisme sont en hausse dans les Alpes du Nord, ainsi que le Massif Central et stables dans les Pyrénées et les Alpes du Sud. La fréquentation des hôtels est jugée en recul par rapport à l’an passé dans les Alpes du Nord, mais reste stable dans les Alpes du Sud et le Massif Central. Les Pyrénées, quant à elles, font état d’une hausse de leurs taux d’occupation hôteliers.


En termes de fréquentation internationale, les Britanniques sont cités comme étant la première clientèle étrangère dans les Alpes du Nord et les Alpes du Sud, dans les stations d’importante et de moyenne capacité en lits, ainsi que dans celles de faible et moyenne altitude. Parallèlement, les Espagnols ont été, sans surprise, la clientèle étrangère la plus présente dans les Pyrénées. Dans le Jura, c’est la clientèle suisse qui arrive en première position. Au sein des stations de faible capacité d’hébergement et de celles de haute altitude, les Belges/Luxembourgeois ont été les plus présents. La fréquentation de la première clientèle étrangère est jugée le plus souvent similaire à celle de la saison dernière, sauf dans les Alpes du Nord, où elle est observée en hausse.


En termes de demandes d’activités, les professionnels de la montagne relatent, pour cette période par rapport à l’an passé, une progression des réservations de dernière minute ainsi que des courts séjours, exception faite pour ces derniers des stations pyrénéennes qui majoritairement, les jugent identiques. Les ventes de produits packagés sont, quant à elles, annoncées en hausse dans les Alpes du Nord, ainsi que le Jura et stables dans les autres massifs. Les répondants annoncent par ailleurs une stabilité de l’activité des écoles de ski, hormis dans les Pyrénées et le Jura où un sentiment de hausse de la demande prédomine. Les demandes de promenade en raquettes à neige sont en hausse dans tous les massifs, exception


faite des Alpes du Sud où elles restent stables. Les demandes d’activités liées au bien-être sont également jugées en hausse partout, excepté dans les Pyrénées où elles sont annoncées stables.


Enfin, concernant les comportements de consommation, le budget consacré aux restaurants est estimé stable par rapport à l’an passé dans les Alpes du Nord, les Pyrénées, le Jura, les stations de moyenne et basse altitude et celles d’importante ou faible capacité en lits. En revanche, les répondants des stations sud-alpines, ainsi que ceux des stations de moyenne capacité et de haute altitude annoncent une baisse par rapport à l’an passé. La consommation au sein des commerces est jugée supérieure à celle de la saison 2011/2012 dans les Pyrénées et stable dans les stations nord-alpines, jurassiennes, d’importante ou faible capacité en lits et de basse altitude. C’est en revanche un sentiment de baisse qui est annoncé par les stations sud-alpines, de capacité d’hébergement moyenne ainsi que de haute et moyenne altitude.


Prévisions période inter-vacances n°2 (mois de mars)


A la date d’interrogation, les répondants à cette enquête annoncent des taux de remplissage prévisionnels pour la seconde période d’inter-vacances plutôt médiocres.
Ainsi ces taux s’échelonnent-ils de 12 à 45% pour les meublés, de 35 à 60% pour les résidences de tourisme, de 13 à 40% pour les hôtels et de 27 à 49% pour l’ensemble des hébergements. Par rapport à l’an passé, pour l’ensemble des lits, ces taux sont jugés en recul pour les stations alpines et stables pour les stations pyrénéennes. Il est à noter que les stations répondantes de faible capacité en lits touristiques font état d’un taux d’occupation prévisionnel de l’ensemble de leurs hébergements de 57% et le jugent en hausse par rapport à la saison dernière. En termes de séjours prévisionnels, selon les données émanant du bureau d’études Comète, des reculs sont annoncés par les stations nord-alpines (-10%) et sud-alpines (-18%). Pour cette période d’inter-vacances, ce sont actuellement les deux premières semaines (du 16 au 23 mars et du 24 au 30 mars), qui sont le mieux réservées. Pour cette période le poids des réservations de dernière minute sera primordial.

Prévision Vacances de Pâques


Les taux d’occupation prévisionnels annoncés par les stations pour les vacances de Pâques (13 avril – 20 mai) sont à ce stade très faibles, puisqu’estimés selon les massifs entre 9 et 15% pour l’ensemble des hébergements. Ces taux s’échelonnent de 11 à 43% pour les meublés, de 16 à 18% pour les résidences de tourisme et ne dépassent pas 6% pour les hôtels dans les Alpes du Nord.


Ces taux de réservation sont très majoritairement annoncés inférieurs à ceux de la saison passée, exception faite des stations sud-alpines pour les résidences de tourisme (stable), et des stations vosgiennes pour les meublés (hausse). A ce stade, les séjours prévisionnels (données Comète) sont en très net recul pour cette période : -43% pour les Alpes du Nord, -40% pour les Alpes du Sud. La programmation particulièrement tardive de cette période constitue clairement un frein à la fréquentation touristique des espaces de montagne : l’enneigement devra se maintenir afin de favoriser réservations de dernière minute et courts séjours. Il est toutefois à noter qu’une majorité de stations fermera ses portes à l’issue de la 1ère semaine de cette période à venir.

CHIFFRES-CLÉS DE LA MONTAGNE FRANÇAISE
124 000 km2 de zones montagneuses soit 23% du territoire
26 581 ha de pistes de ski aménagées
3 790 remontées mécaniques (1er rang mondial)
98 stations ANMSM
+ 5 millions de lits touristiques sur l’ensemble de la zone montagne
1,2 milliards d'Euros de Chiffre d’affaires Hiver des remontées mécaniques 2011/2012 (source DSF)
7 milliards d'Euros de Chiffre d’affaires estimé de l’activité touristique en montagne l’hiver
120 000 nombre d’emplois générés par l’activité montagne en hiver (toutes activités confondues)
55,3 millions nombre de journées skieurs hiver 2011/2012
La France se place au 1ER RANG MONDIAL en 2011/2012(en journées skieurs)
10 millions Nombre total de touristes fréquentant les massifs français en hiver dont 2 millions d'étrangers (estimation)
Sources : ANMSM, France Montagnes, DSF, STRMTG, Atout France


Communiqué du 18 mars 2013